Quatre actions durables que chaque croyant devrait entreprendre



1️. Montrer de la solidarité avec les victimes d’injustice

Tout au long des Écritures, nous voyons que Dieu s’identifie de manière unique et spéciale aux opprimés et aux maltraités. Bien que les théologiens de la Libération déforment cette vérité de manière malsaine et disproportionnée, ce qui est indéniable, c’est que la Bible dit clairement que bénir les pauvres et les maltraités, c’est bénir Dieu lui-même.

Prenons par exemple Proverbes 14:31, qui dit : « Quiconque opprime un pauvre insulte son Créateur, mais celui qui est généreux envers les nécessiteux l’honore ».


L’Évangile indique aussi clairement que le Christ attend de ses disciples qu’ils adoptent cette même caractéristique d’aimer et de s’identifier aux personnes blessées et maltraitées. Hébreux 11:25 dit, à propos de Moïse, « Il a choisi d’être maltraité avec le peuple de Dieu plutôt que de jouir des plaisirs fugaces du péché. » Vous et moi sommes appelés à faire de même.

Cela veut simplement dire que nous devons éviter la tentation de détourner le regard lorsque nos frères et sœurs, qui peuvent vivre dans des situations sociales très différentes des nôtres, pleurent leur douleur et les mauvais traitements qu’ils subissent.

Historiquement, l’Église a trouvé cela facile à faire lorsqu’il s’agit de missions internationales, mais beaucoup plus difficile lorsqu’il s’agit de blesser des communautés dans notre propre arrière-cour.

Nous devons regarder avec la même préoccupation la douleur des autres qui sont géographiquement proches de nous et écouter leurs histoires.

Lorsque les disciples du Christ ignorent ceux qui vivent sous le poids de l’injustice, nous nous assurons que les maux dont ils sont victimes se perpétueront. La meilleure façon de mettre fin à l’injustice systémique est étonnamment simple, c’est que les chrétiens modèlent le caractère de Dieu en se montrant solidaires de ceux dont notre société rejette si souvent l’histoire.

Démontrer ce type de solidarité devient très pratique et simple lorsque nous comprenons qu’elle se manifeste principalement par l’amitié et l’hospitalité.

En ouvrant nos cœurs et nos maisons et en entrant dans des relations d’amour avec divers groupes de personnes, nous sommes en mesure d’entendre leurs histoires, de ressentir leurs douleurs et de leur offrir l’espoir du Christ.

Nous pouvons verser des larmes avec nos amis lorsqu’ils rencontrent des injustices auxquelles nous ne sommes pas nous-mêmes exposés. Mais ce faisant, nous devenons pour eux des témoins plus authentiques de la grâce de Dieu dans le Christ.

En ouvrant nos cœurs et nos maisons et en entrant dans des relations d’amour avec divers groupes de personnes, nous sommes en mesure d’entendre leurs histoires, de ressentir leurs douleurs et de leur offrir l’espérance du Christ.

2️. « Parler ». C’est peut-être la chose la plus simple mais, à bien des égards, la plus difficile à faire pour nous. Soyons honnêtes, il est risqué de parler au nom de ceux qui souffrent d’une injustice.

Il n’est pas pratique d’utiliser nos voix et nos plateformes sociales au nom des enfants à naître, de ceux qui sont pris au piège de la traite des êtres humains et des victimes de violence domestique, de sexisme, de racisme ou de brutalité policière. Que faire si nos amis ne sont pas d’accord ou ne comprennent pas ? Et si parler signifie que nous devons rompre avec une partie du récit que nous avons appris dans notre enfance au sujet d’autres groupes de personnes ?

Et si le fait de prendre la parole nous faisait courir le risque de perdre notre acceptation au sein de notre groupe social ? Vous voyez, c’est exactement ce qui rend la justice si difficile, qu’elle exige des risques. Cependant, rien n’est plus apaisant pour ceux qui souffrent d’une injustice que de voir la voix de leurs amis s’élever en leur faveur.

Cependant, rien n’est plus apaisant pour ceux qui souffrent de l’injustice que les voix de leurs amis qui sont élevées en leur nom.

Martin Luther King Jr. a dit : « A la fin, nous ne nous souviendrons pas des paroles de nos ennemis, mais du silence de nos amis ».

Nous vivons une époque extraordinaire marquée par la puissance des plateformes de médias sociaux, qui permet à chacun d’entre nous de mettre en lumière les questions qui affligent le cœur de Dieu.

En tant que gardiens de sa grâce, nous devons tirer parti de ces plateformes pour combattre toute injustice. Je vous encourage à utiliser les médias sociaux comme un outil pour le bien.

Nous pouvons également prendre la parole en corrigeant les pensées inappropriées de notre famille et de nos amis. Ils n’écouteront peut-être pas directement ceux qui subissent l’injustice, mais ils nous entendront. En prenant la parole au nom d’autres personnes comme M. George Floyd, nous accomplissons les Proverbes 31:8-9, qui nous l’ordonnent,

« Parlez pour ceux qui ne peuvent pas parler pour eux-mêmes, pour les droits de tous ceux qui sont démunis. Parlez et jugez équitablement ; défendez les droits des pauvres et des nécessiteux ».

(Nous publierons la suite des actions la semaine prochaine)

Source : Chris Brooks, pasteur principal de l’église biblique de Woodside

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close