Passer de la complainte au leadership : George Floyd, l’Évangile et notre réponse

…Dans le sillage de l’injustice, nous nous retrouvons souvent à nous poser des questions familières comme « Que pouvons-nous faire pour nous attaquer personnellement au mal de l’injustice ? » et « Comment pouvons-nous montrer à nos voisins la grâce et la vérité de l’Évangile face à une telle douleur et à une telle rupture ?

Ces questions ne font que s’intensifier lorsque nous voyons des cycles de 24 heures de troubles civils dans notre pays.

Lorsque nous voyons des jeunes rassemblés dans nos rues, je crois que nous devrions être d’accord avec le sentiment exprimé par le Dr Martin Luther King Jr. dans son interview du 27 septembre 1966 avec Mike Wallace, alors journaliste de CBS, « Les émeutes sont le langage de l’inouï ».

Les images de nos frères et sœurs en Christ exprimant une douleur, une souffrance et une frustration si profondes devraient nous amener à nous demander ce que nous n’entendons pas. Nous devons reconnaître que les protestations non violentes et pacifiques ont été un outil très utile pour remédier aux inégalités dans notre société.

Mais cela devrait nous briser le cœur chaque fois que ces protestations pacifiques sont détournées par des pillards et par ceux qui veulent inciter à la violence. Ils n’ont aucun amour véritable pour les communautés qui souffrent, car la destruction ne produira jamais la véritable justice à laquelle nos cœurs aspirent.

Pourtant, si nous sommes humbles, nous devons aussi admettre que ce genre de troubles civils nous apprend quelque chose sur nos voisins qui souffrent. Ils révèlent la profondeur historique des lamentations enfermés.

Les images de nos frères et sœurs en Christ exprimant une douleur, une souffrance et une frustration aussi profondes devraient nous amener à nous demander ce que nous n’entendons pas.

Si nous devons condamner le pillage et la violence qui ont suivi l’assassinat injuste de M. George Floyd, nous devons affirmer que les lamentations sont bibliques.

Sous les gros titres des émeutes se cachent les histoires inédites de porteurs d’images qui sont profondément affligés par les types d’abus de pouvoir qui ont tué M. Floyd.
Et par l’apathie des dirigeants qui refusent de s’attaquer à l’injustice à laquelle eux et leurs enfants sont confrontés quotidiennement. Ces hommes et ces femmes crient à Dieu en se lamentant. Nos Bibles sont pleines de Psaumes de lamentation (Psaumes 44, 60, 74, 75, 79, 80, etc).

La lamentation est une action uniquement chrétienne. C’est l’acte de porter nos chagrins à Dieu lorsque notre douleur nous tente de le fuir. Toutes les lamentations commencent par le fait que le peuple de Dieu porte nos plaintes devant le Seigneur.

Ils progressent ensuite vers nous en adressant à Dieu des pétitions audacieuses dans la prière, pour qu’il entende nos cris de justice et nos supplications pour son intervention en faveur des maltraités.

La lamentation chrétienne est fondée sur une confiance profonde et durable dans le caractère de Dieu.

En fin de compte, notre lamentation nous pousse à agir, des genoux aux pieds, contraints par l’amour d’être des facteurs de différence dans nos communautés pour le Christ.

Le Seigneur nous rappelle, dans notre colère et notre chagrin, que nous sommes ses ambassadeurs. Il nous a confié la tâche d’être ses témoins en paroles et en actes.

Se lamenter, bien que biblique, n’est pas suffisant. Nous ne pouvons pas nous permettre de vivre dans des lamentations sans fin. Nous devons agir de manière rédemptrice pour réparer ce qui est brisé, pour mettre à profit la force de nos voix contre l’injustice, pour échanger notre réconfort contre la solidarité avec les blessés et pour apporter la vérité, la beauté et la justice à nos communautés partout où elles font défaut.

Alors, que faisons-nous maintenant ? Et maintenant, que faisons-nous ?

En fin de compte, notre lamentation nous pousse à nous mettre à genoux et à nous mettre debout dans l’action, contraints par l’amour d’être des facteurs de différence dans nos communautés pour le Christ.

Aujourd’hui, je vous écris pour vous aider à répondre à ces questions. Pour donner quelques conseils sur la manière dont vous et moi pouvons faire la différence face à l’injustice. Vous voyez, après avoir repoussé les distractions des réponses improductives de certains, nous nous retrouvons avec la réalité qui donne à réfléchir, à savoir que ce moment exige des chrétiens qu’ils agissent.

Nous devons tous nous efforcer de dépasser les sentiments accablants d’inadéquation qui surgissent lorsque nous sommes confrontés à une injustice de cette ampleur. Ne laissez pas la distance géographique ou les différences ethniques vous faire croire que vous ne pouvez rien faire.

Si la liste des mesures positives et proactives que nous pouvons prendre pour nous attaquer aux causes sous-jacentes de l’injustice est infinie, je suggère qu’il y a quatre actions durables que chaque croyant devrait entreprendre dès maintenant alors que nous cherchons à vivre notre foi et à aimer nos voisins.

Ne laissez pas la distance géographique ou les différences ethniques vous faire croire que vous ne pouvez rien faire !!

(Nous publierons la suite la semaine prochaine)

Source : Chris Brooks, pasteur principal de l’église biblique de Woodside

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close