Jour 1 : Heureux

« Qu’ils sont bénis 

ceux qui rejettent le conseil des méchants, 

qui ne se tiennent pas sur la voie des pécheurs, 

ni ne s’asseyent au même endroit que les moqueurs !

Ils font leurs délices de la Torah d’Adonaï ;

sur la Torah, ils méditent jour et nuit.

Ils sont semblables à des arbres 

plantés près de cours d’eau :

ils portent leur fruit en leur saison 

leurs feuilles ne se flétrissent pas, 

tout ce qu’ils font réussit. »

Psaume 1

Voyage avec Jésus à travers le Psaume 1…

Décembre 2017. Je suis épuisée par l’accumulation des choses à faire, le constat d’échec inévitable dans certains domaines, et la pression des différentes responsabilités qui sont là. Je suis surtout préoccupée de ce que les choses n’avancent pas et ne se passent pas comme je l’avais pensé. Je ressens beaucoup de trouble, je n’ai pas l’impression qu’on aille dans la bonne direction, et plus j’essaie d’anticiper, plus j’ai l’impression de me noyer. En plus, quand je suis sous pression, je ne suis pas particulièrement facile à vivre, et ça devient difficile de travailler avec moi, ce qui n’améliore pas mon estime de moi-même ni les relations. 

Dans un temps de prière, j’ai crié à Dieu en disant : « Je ne ferai pas une année de plus comme celle-là. Quelque chose doit se passer, quelque chose doit changer, je ne continuerai pas comme ça ! Je refuse de vivre l’année 2018 de la même façon. »

Au début de janvier 2018, ne sachant pas trop comment avancer, j’ai décidé de relire les Psaumes.

JOUR 1 : Heureux 

En lisant ce Psaume, j’ai vu comment Dieu voulait donner une direction à mon année. Souvent nous lisons ce Psaume comme une sorte de morale : ne pas être méchant, ne pas pécher, ne pas se moquer. Mais c’est devenu bien plus profond que cela quand Dieu a commencé à m’amener dans ce Psaume. 

Premièrement, en hébreu, on pourrait traduire le début par « qu’ils marchent », ou bien « qu’ils soient heureux ». Dieu veut notre bonheur, et parfois les circonstances de nos vies nous le font oublier. Parfois nous expérimentons la bonté et la faveur de Dieu, parfois nous expérimentons sa bonté et ses jugements, mais en toutes choses Dieu est bon, et il recherche notre bonheur. Sauf que la notion du bonheur pour Dieu est différente de la nôtre. Pour nous, le bonheur, c’est la tranquillité, un soupçon d’aventure qui se finit toujours bien, l’absence de problèmes ou de difficultés, du repos, du soleil, et ainsi de suite ! Mais l’ambition de Dieu va bien au-delà. Lorsqu’il veut nous faire trouver le bonheur, il parle de nous redonner la plénitude, la joie et la paix du jardin d’Éden ! Voilà la vision du bonheur que nous devons chérir et rechercher : retrouver une pleine communion avec Dieu, avec soi, avec les autres. Et j’ajouterais : pouvoir être soi, pouvoir bénir tout ce qui m’entoure, grâce à la présence de Dieu en moi.

On est très loin d’une émotion, d’une ambiance, ou de l’absence de problèmes ! L’ambition de Dieu englobe nos aspirations, mais bien plus, elle les dépasse, pour nous attirer dans un bonheur qui est une vraie restauration du plan originel du Père ! Voilà la direction dans laquelle nous marchons. 

En vérité, ce sont souvent nos circonstances présentes qui déterminent nos émotions plutôt que notre communion avec Dieu. Soyons honnêtes, nos cœurs répondent plus rapidement à ce qui se passe qu’à ce que Dieu est, dit ou fait. 

Au cours de mon adolescence, j’ai vécu une expérience qui m’a marquée pour toujours. L’histoire se passe dans le Jura où nous passions des vacances. Mon père étant pasteur, on lui avait demandé de faire quelques visites chaque semaine. Un jour il est rentré de l’une de ces visites en nous disant qu’il nous emmènerait avec lui pour offrir un temps de louange et de prière avec d’autres personnes à une dame hospitalisée dans un service de long séjour. Pas beaucoup d’enthousiasme dans la famille, mais bon, nous n’étions pas très rebelles, donc tout le monde s’est plié à cette demande. Arrive le jour J, nous allons à l’hôpital de Lons-le-Saunier, et nous nous dirigeons avec mon père vers la chambre de cette dame. Là nous entrons dans une très vieille chambre, les murs sont rosés sans aucune décoration, et la seule fenêtre qui s’y trouve est étroite et en hauteur. Nous faisons connaissance avec une dame souriante, qui nous attend et se réjouit de pouvoir louer le Seigneur avec quelques personnes de passage. 

Je m’en souviendrai toujours. Sa joie était réelle, elle était malade, grabataire, et très isolée, dans une chambre que personnellement j’ai trouvée horrible. Mais Jésus était dans cette chambre manifestement, et la dame le savait, et sa présence la remplissait. Tout ce qui était visible dans cette chambre était dramatiquement déprimant, mais la dame et la présence de Jésus en elle changeaient absolument tout. 

Au travers de tout cela, Dieu m’a rééduquée à répondre à qui il est plus qu’à toutes les choses visibles qui m’entourent. 

Pour aller plus loin 

Quelle est ta vision du bonheur ? 

Est-ce que tu réponds aux circonstances ou à ce que Dieu dit ? Pourquoi ?

Ne sois pas trop général, écoute ce que Dieu veut te dire sur les circonstances précises et actuelles de ta vie que tu ne parviens pas à traverser avec lui. 

Tu as besoin de guérison ? Demande-lui.

Tu as mal agi ? Repens-toi.

Prends le temps de demander à Dieu d’aligner ta volonté, tes pensées et tes émotions sur son Esprit. 

Vous pouvez vous procurez ce livre sur cette page : https://www.melkisedek.fr/product/la-traversee/

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close